alpha-pyxidis
alpha-pyxidis

La combe de Lioux

Vincent   03/06/2011  

C'est une randonnée insolite que nous découvrons en parcourant le canyon asséché de la grande combe de Lioux.

Nous nous sommes rendus tout d'abord au petit village de Lioux, au pied de la falaise de la Madeleine. La petite place de la mairie et la vieille école communale (je ne sais pas si elle est encore en fonctionnement), les grands platanes et la fontaine font "carte postale" : conforme à l'imaginaire du petit village français. C'est le week-end, il n'y a personne.

Après avoir consulté les cartes, nous nous rendons compte que le départ le plus approprié pour notre petite troupe est le hameau de La Combe. Avec les enfants, nous ne pouvons pas faire une boucle trop longue. Nous reprenons la voiture pour redescendre un peu et trouver une place sous le panneau indicateur du départ de la ballade.

Nous commençons l'ascencion par le sentier qui monte dans la garrigue. Sous le soleil, c'est un peu difficile. Il ne faut pas oublier non plus de se retourner de temps en temps pour profiter du panomara qui se trouve dans notre dos : les collines au dessus du village de Roussillon sont bien visibles avec les carrières d'ocres si caractéristiques, et plus loin les montagne du Luberon.

Un peu plus haut, la forêt se fait un peu plus dense. Nous débouchons dans des vergers de cerisiers (ce doit être magnifique au printemps), et atteignons le point culminant de la ballade. Nous pique-niquons dans les sous-bois de buis et de chênes.

Nous entamons la redescente en empruntant la combe de Lioux : lit d'un torrent asséché qui a creusé un canyon dans la montagne. L'endroit est frais et ombragé, c'est très agréable.Certains passages sont impressionnants, il ne reste qu'un rai de lumière au dessus des parois abruptes creusées par le torrent. Un peu plus loin, nous explorons quelques cavités et retrouvons les cendres d'un foyer. Nous nous imaginons en hommes de cavernes...

Nous nous retrouvons ailleurs tout au long de la descente. Quelques petits rochers à passer (les "rochers de la mort", selon les enfants, et plus loin même "les rochers de la mort qui tue") mais en réalité rien de bien difficile : le sentier est très bon.

Pour emrpunter cet itinéraire, il ne faut pas toutefois qu'il ait plu car la mousse pourrait rendre glissant le sol, et l'eau doit certainement raviner de la montagne pour emprunter le lit du torrent !

Retour au sommaire

Localisation