alpha-pyxidis
alpha-pyxidis

Marseille Pointe rouge

Vincent   18/07/2011  

Deux sorties organisées par Valérie au départ du port de Pointe rouge avec le club CIP : les archipels de Riou et de Frioul.

anse de Pouars

C'est mi-juillet, mais la météo n'est pas fameuse : temps bouché, plafond bas et un vent du sud qui alimente une petite houle. La température de l'eau est annoncée à 15 - 16°C !

Nous mettons le cap vers l'île plate dans l'archipel des îles de Riou. Elle offre une calanque abritée.

Notre groupe de 10 se répartit en 4 palanquées : deux encadrées (les niveaux 1) et deux "autonomes" (niveaux 2 et +). Je fais équipe avec Valérie et Pascal.

Nous évoluons le long d'un petit tombant, profondeur maxi : les 20 m réglementaires. La visibilité est moyenne, et il n'y a pas beaucoup de poissons hormis les castagnolles que l'on retrouve partout.

Nous apercevons tout de même un denti en vadrouille.

Dans une anfractuosité je découvre les deux antennes d'une petite langouste. Emballé par ma découverte, en cherchant à prévenir Pascal qui encadrait notre palanquée, dans mon excitation de lui montrer ma trouvaille, je lui donne un bon coup de palme dans le nez (oups ! désolé !) Embarassed

Plus loin, nous passons entre deux éperons rocheux d'une dizaine de mètres de hauteur qui remontent du fond. Quelques gorgones (bleues ?) sont installées dans ce défilé..

Un peu plus loin, je suis surpris par la couleur bleue électrique de toutes petites "limaces" : des doris célestes ou alors doris tricolores. Je penche plutôt pour les premières car leur taille était de quelques millimètres : 10 ou 20 mm tout au plus.

îlot Tiboulen du Frioul

{gmapfp id="54" hmap="250" zzoom="1" map_hyb="1" zmap="15"}

Pour la plongée de l'après-midi, nous traversons une partie de la rade pour aller sur l'archipel du Frioul.

Nous croisons la route d'un ferry en provenance d'Algérie et accompagné de sa "pilotine". Il avance encore à une bonne allure, notre embarcation ne fait pas le poids ! Nous attendons donc qu'il soit passé en rendant les bonjours que les passagers nous lancent depuis les différents ponts.

Nous poursuivons jusqu'à l'îlot Tiboulen où nous pensions être abrités de la houle. Mais la "bascule" en flux de nord à commencé et il n'y a pas une houle bien formée, mais beaucoup d'agitation en tout sens. Pas vraiment abrités, nous nous amarrons à une bouée.

L'avantage, comme nous l'a dit Philippe, qui dirigeait la plongée, c'est que nous serons pas dérangés par les autres plongeurs : tout le monde a dû aller sur le Riou...

Valérie, fatiguée, préfère  renoncer au moment de la mise à l'eau. Je me retrouve dans la palanquée de Stéphane (alias "Jean Reno" Wink) avec Frédéric et Pierre.

La plongée va se passer sur un petit plateau corallique dans la zone des 20 m. Nous finirons sur un éboulis de gros blocs.

Rien de bien extraordinaire sur cette plongée, la mer est brassée sur une couche de 10 m. En dessous la transition est nette avec de l'eau plus froide (je dirais 1 à 2 degrés de moins !), mais aussi beaucoup plus claire : c'est frappant. A la transition des deux zones nous traversons une zone de "turbulences" de la visibilité due à la différence de densité des eaux chaudes et froides.

De retour au port, la pluie se met à tomber juste au moment où nous devons rincer les équipements : heureusement, il ne fait pas trop froid, et nous n'avons pas pris ce "grain" lorsque nous étions en mer.

Retour au sommaire

Localisation

  • cet article n'est pas (encore) géolocalisé